#SunuCoolNews, Les 10 femmes qui vont faire bouger la tech africaine en 2018

#Sunu Cool News

Les 10 femmes qui vont faire bouger la tech africaine en 2018



Sunuccoolnewstop10



L’association Sunustartup qui soutient les entrepreneures et les femmes Africaines dans le secteur des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) révèle sa liste des femmes qui œuvrent quotidiennement pour une économie numérique inclusive à travers le continent africain et qui vont faire Bouger la Tech africaine en 2018. Il ne s’agit pas exclusivement des profils toujours visibles et connus, mais aussi de femmes peu ou pas connues qui méritent d’être mises en valeur de par leur contribution considérable dans la vulgarisation des TIC de manière responsable, sécurisée et à la portée de tous.

1.Bitilokho NDIAYE, Fondatrice Association Jiggencitic

Sunuccoolnewstop10

Actuellement, Conseillère Technique au Genre au Ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l'économie numérique, Bitilokho NDIAYE est aussi celle qui a initié l’Association Jiggencitic. Depuis sa création, la communauté Jiggencitic a permis de renforcer la participation des femmes africaines dans le développement du secteur des TIC ; de développer plusieurs applications mobiles pour répondre aux besoins sociaux économiques des populations Africaines, de faire émerger le leadership féminin par les TIC et d’œuvrer pour la construction et la promotion d’une culture de l’entrepreneuriat numérique en Afrique. La communauté Jiggencitic compte à cette date plus de 2000 adhérents et a levé 80000 euros pour ses différentes activités. Cette année, Bitilokho Ndiaye va publier son livre intitulé « Economie Numérique en Afrique » et effectuer des voyages au Nigéria puis au Kenya avec l’objectif de rencontrer les leaders de l’écosystème numérique en Afrique et de construire un réseau des entrepreneurs numériques africains.

2. Masha AKRE, CEO AFRODICT CÔTE D’IVOIRE

Sunuccoolnewstop10

Avec un parcours assez classique, Masha AKRE a servi dans une organisation humanitaire et a également fait du bénévolat avant de se lancer dans sa véritable passion ; le maquillage professionnel. Début 2016, Masha a décidé d’adresser les deux principales problématiques de ses clientes Ivoiriennes d’une part et expatriées d’autre part : comment gagner du temps et avoir une prestation de qualité et personnalisée puis un besoin des services en ligne permettant de faciliter la mise en relation entre les acteurs de la beauté et les clients pour les expatriées qui ne maîtrisent pas la ville. Afrodict est née ; une plateforme de réservation et de mise en relation des professionnels de la beauté avec les clientes. La plateforme dispose également d’un service après-vente qui permet aux usagers de noter la prestation du professionnel de la beauté et de le/la recommander ou non. La startup a remporté en 2016 le concours Most Innovative SunuStartup (MISS) qui a permis à Masha d’intégrer l’incubateur French Tech Abidjan. En Décembre 2017, Afrodict est finaliste et classé 2ième du concours LAND OF AFRICAN BUSINESS & AFRICAN RETHINK AWARDS dans la catégorie meilleurs start-up féminines. La startup est aussi finaliste du concours Y’ELLOW START-UP de MTN Côte d’Ivoire puis du concours « Prix BJKD » qui vise à apporter un coup de pouce technique et financier aux entrepreneurs Ivoiriens. Avec plus de 1500 utilisateurs en seulement huit (8) mois d’activité et cent quarante (140) professionnels de la beauté, Afrodict prévoit une version 2 plus ergonomique pour faciliter les réservations de prestations ainsi que l’application mobile Afrodict

3. Sophina Kio LAWSON , Co-Fondatrice “She Secures”

Sunuccoolnewstop10

23 ans et diplômée en Ingénierie des Systèmes d’Information à Kwame Nkrumah University of Science & Technology, Sophina Kio-Lawson constate que seulement 11% des femmes sont visibles dans le domaine du Système d’Information et de cyber sécurité et décide de cofonder "She Secures" avec...

4. Ezeugo DOUGLAS LILIAN, Co-Fondatrice “She Secures”

Sunuccoolnewstop10

24ans, diplômée en Science de l’Informatique à Madonna University et certifiée en programmation et cyber sécurité. « Lorsque j’ai démarré ma carrière dans le domaine de Sécurité de l’Information, je recherchais une organisation ou des initiatives qui soutiennent les femmes dans le secteur. Je trouvais pas mal d’initiatives en ce qui concerne les femmes dans la programmation et les sciences en général; mais ce n’était pas ce que je voulais” dixit Ezeugo. She Secures se définit comme l’organisme de choix qui réunira la future génération de femmes Africaines dans le secteur du Système d’Informations et du cyber sécurité. She Secures agit activement pour construire une communauté de femmes Africaines dans le but de combler le gap du genre dans le cyber sécurité. L’organisation est en train de changer la perception que le monde a de l’Afrique en matière des data, du Système d’Information, de cyber sécurité, du développement des carrières, de l’inclusion sociale des TIC par la formation et la sensibilisation, le partage d’expériences, le mentorat et le transfert de compétences. A ce jour, nombre d’activités sont menées par l’organisation, à l’exemple de sessions en ligne où les meilleures pratiques en matière de cyber sécurité sont partagées. She Secures organise également à Lagos, où la structure est basée, des séances de rencontres entres jeunes filles lycéennes et les rares expertes en cyber sécurité pour apprendre, collaborer et bénéficier du mentorat. L’organisation veut à travers ces actions non seulement prévenir et sensibiliser sur les risques liés à l’Internet des Objets mais surtout augmenter le nombre de femmes dans la sphère du Système d’Informations et du cyber sécurité. En 2018, She Secures prépare des sessions de formations, et des jeux basés sur le cyber sécurité pour les enfants (de 5 à 12 ans) et les adolescents (13 à 19 ans). Suivez le compte Twitter @SheSecures pour rejoindre la communauté et le hashtag #SheSecuresChatSeries pour les partages d’expériences et les conseils en matière de cyber sécurité et du Système d’Informations.

5. Kadidja NIANG, Fondatrice MashaNiang

Sunuccoolnewstop10

Kadidjatou est diplômée en droit privé à l’Université Jean Moulin à Lyon et occupe actuellement le poste de Responsable Clientèle et des Statistiques dans une structure privée spécialisée dans les services de passeports biométriques. A 26 ans, la jeune femme Malienne prend conscience des habitudes de consommation en perpétuelles évolution avec le besoin croissant de produits authentiques et personnalisables. En 2017, elle a créé sa startup MishaNiang, une application mobile qui valorisera les produits artisanaux du continent africain et permettra aux clients de commander une vaste gamme d’articles de maroquinerie qu’ils conceptualisent et personnalisent, mettant ainsi en avant la créativité et le goût au cœur du produit. Déjà à l’étape d’idée en 2016, MishaNiang est finaliste du concours « Plan d’Affaires Mali » puis la startup a remporté le premier prix du concours Startup Weekend Bamako en Décembre dernier. Kadidja lance un appel au financement pour réaliser l’application MishaNiang sous Android et iOS courant l’année 2018.

6. Régina MBOJ, Directrice Générale CTIC Dakar

Sunuccoolnewstop10

Sept (7) ans, une centaine d’entrepreneurs accompagnés, plus de 4 milliards FCFA de chiffre d’affaires dont une dizaine de millions levés pour les startups accompagnées; ce sont là quelques chiffres de l’incubateur CTIC Dakar (premier incubateur de l’Afrique de l’Ouest) que dirige Régina Mboj. CTIC Dakar qui a bénéficié d’un fonds de la Banque mondiale est aujourd’hui l’un des meilleures de la sous-région dans l’accompagnement des porteurs de projets dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). A travers le dynamisme de Régina, CTIC Dakar a contribué à l’élaboration de la stratégie de conduite du projet « Sénégal numérique 2025 ». Si les recommandations faites par l’incubateur sont prises en compte par l’Etat Sénégalais, le Parc Numérique de Diamdiadio abritera un espace dédié à l’incubation pour l’accompagnement des projets de jeunes entrepreneurs. L’informaticienne de formation ne compte pas s’arrêter là. Elle poursuit son combat en initiant des actions pour étendre le réseau de partenaires financiers et techniques afin de renforcer l’incubateur et rester l’ « accompagnateur de croissance TIC ».

7. Elzie ADISSIN, Responsable Commerciale & Marketing, ISOCEL SA

Sunuccoolnewstop10

Ingénieur diplômée d’un Master en Gestion des Projets et Management de la Qualité, Elzie Adissin met sa double expérience en gestion des projets et en marketing au service de la vulgarisation des produits du Haut Débit et au développement d’Isocel Bénin depuis maintenant cinq (5) ans. Isocel bénin est le fournisseur d’accès Internet le plus ancien au Bénin et assure une présence technologique dans la région ouest africaine afin d’assurer la continuité de service aux groupes d’entreprises qui détiennent des représentations au Nigéria, au Togo, au Burkina Faso, au Ghana, au Niger, au Sénégal ou encore au Ghana. Le FAI dirigé par Robert AOUAD propose des offres étudiées aux abonnés Béninois résidentiels à partir de 15000 (quinze mille francs CFA) FCFA par mois en illimité. « La vision stratégique d’Isocel Bénin s’inscrit dans une politique d’innovation permanente, qui nécessite bien évidemment des investissements cohérents. Nous entretenons depuis quelques années l’ambition de déployer la fibre optique jusque chez l’abonné (FTTx) au moment même où le maillage national devient une réalité et nous pensons fournir aux Organismes, Institutions, Entreprises et au Grand Public une connexion Internet large bande d’excellente qualité, via la fibre optique.» nous confie Elzie. Les activités d’Isocel Bénin ne sont pas que commerciales. L’entreprise nourrit le rêve de contribuer aux programmes nationaux de développement de l’économie numérique au Bénin avec la conviction que l’éducation et le savoir sont facteurs de succès. Depuis plusieurs années, le FAI soutient les activités des startups technologiques, des fablab, des espaces de coworking, de même que les activités liées au développement d’applications mobiles et à la programmation informatique. Aussi, Isocel Bénin accompagne les évènements liés à la promotion de la gent féminine au sein de l’industrie des TIC comme le Women Tech Makers, les formations SFRI (Savoir Faire les Recherches sur Internet), les journées internationales des jeunes filles dans le secteur des TIC pour ne citer que ceux-là. 2018 sera la continuité de ces exploits où d’importants travaux d’infrastructures fibre optique sont en cours afin de rendre l’accès Internet facile, rapide, sûr et moins cher pour les Béninoises et les Béninois.

8. Annicelle Reine KUNGNE, Co Fondatrice et Directrice Financière Infinity Space

Sunuccoolnewstop10

Du mensuel régional « Le Ravi » à Marseille, Annicelle Reine KUNGNE capitalise aujourd’hui ses expériences dans la fintech qu’elle a cofondé et où elle dirige les Affaires Financières : Infinity Space. La startup a développé en 2015 le système de paiement universel WeCashUp adapté à la population africaine majoritairement non-bancarisée. Avec la solution WeCashUp la population africaine peut désormais effectuer des paiements en ligne via le mobile money. La startup a été lauréate de plusieurs concours internationaux dont le prestigieux VivaTech en 2017. A ce jour, WeCash Up en est à sa version 2 et réunit de manière interopérable les moyens de paiement tels que le mobile money, le m-Wallets, la crypto monnaie, etc. L’équipe d’ingénierie d’Infinity Space promet plus d’innovations pour l’année 2018. A suivre donc.

9. Haweya MOHAMED , MD & Responsable Communication Afrobytes

Sunuccoolnewstop10

Passionnée des Technologies et de l'Afrique, Haweya Mohamed a cofondé Afrobytes avec Ammin Youssouf. L’initiative se veut d’être le premier hub digital dédié à la tech africaine en Europe. Après deux (2) éditions à succès à Paris en Juin 2016 et Juin 2017 ; Haweya se rapproche peu à peu de son ambition de faire des rencontres Afrobytes, le carrefour d'innovation technologique entre l'Afrique et le reste du monde. En 2018, Afrobytes se tiendra à New York (22 Janvier 2018), San Francisco (du 26 au 27 Janvier 2018), Hong Kong (9 Février 2018), Naïrobi (du 4 au 7 Mars 2018) et Paris (du 7 au 8 Juin 2018).

10. Raodath AMINOU, Fondatrice OptiMiam

Sunuccoolnewstop10

La reine de l’anti-gaspillage, c’est elle. En 2014, Raodath Aminou a fondé OptiMiam, une application d’innovation de service qui fait la mise en relation entre consommateurs et commerçants pour la vente des produits frais afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Trois (3) années plus tard, une quinzaine de tonnes de repas ont été sauvées grâce aux partenariats avec huit cent (800) commerçants et deux cent mille (200.000) utilisateurs de l’application. Un pari plus que réussi qui conforte à coup sûr Raodath qui a décidé de mettre à profit ses compétences pour une nouvelle cause afin d’impacter d’autres pays. Depuis le dernier trimestre de 2017, Raodath est installée au Bénin en Afrique pour se rapprocher du terrain et faire bénéficier de ses acquis à des jeunes Africains qui, comme elle, rêvent d’une réussite entrepreneuriale internationale. Sa méthode passe d’une part par des cours gratuits en 7 leçons pour avoir le déclic et « L’école des Faiseurs » (cours payant) pour accompagner les porteurs de projet à mieux structurer leur business en passant de rêveur à FAISEUR. Raodath ambitionne de bâtir une communauté de faiseurs qui veulent changer les choses avec l’émergence des Technologies de l’Information et de la Communication. Un écosystème qui peine à décoller en Afrique francophone.